Accueil Recherche Page précédente Page suivante Aller au contenuHaut liens d'évitement et raccourcis clavier Droits de copie Aller au menu
Design du site : Incagen2
Incaformations & RankSpirit

Glossaire

Glossaire général

 

 

- A -

Acide chlorhydrique (HCI) : pH- liquide. Utilisé pour faire baisser le taux d’acidité (pH) et l’alcalinité de l’eau de piscine. Egalement utilisé pour dissoudre des métaux déposés sur les parois de la piscine (taches). Peut dans certains cas produire un gaz incolore et toxique. On l'utilise comme produit de base pour de nombreuses applications dans l'industrie chimique : matières colorantes, matières plastiques, médicaments, photographie et certaines opérations électrolytiques.

Acide phosphorique (H3 PO4) : Dérouillant (désoxydant) très puissant. Dans le monde de la piscine et du bateau, cet acide est essentiellement utilisé pour dissoudre les tâches provoquées par les métaux.

Additifs : Un additif est une substance que l’on ajoute à un produit dans le but d’en modifier les propriétés ou les effets. Des exemples d’additifs dans l’alimentation sont les colorants, enzymes, vitamines, acides aminés, substances antimicrobiennes, antioxydants, …

Adsorption : Liaison physique d’un gaz ou d’une solution à la surface d'une substance solide ou d'un liquide. Par ex. : Les pesticides qui sont dissous dans l'eau sont piégés dans les pores du charbon actif. Il s'agit d'un phénomène réversible.

Adoucissement : L'adoucissement a pour objectif de réduire la dureté de l'eau, en d'autres termes, de réduire la quantité de calcaire contenue dans l'eau, afin notamment de lutter contre l'entartrage des appareils et des canalisations. On peut adoucir une eau grâce à un système d'échangeur d'ions.

  Aérobie : Désigne un être vivant et/ou un processus écologique exigeant la présence d'oxygène afin de produire l'énergie qui est nécessaire à son métabolisme.

  Aérobiose : Conditions d'un milieu riche en oxygène (ou en air) qui permettent une dégradation de la matière organique dégageant du gaz carbonique et de l’eau, le résultat de cette dégradation est la production de compost.

Alcalinité : Capacité de l'eau à neutraliser des acides. Cette propriété dépend entre autres de la concentration en carbonate, bicarbonate et hydroxydes de l'eau. L'alcalinité se mesure en milligramme par litre équivalent carbonate de calcium (mg/l CaCO3). L’eau de piscine doit avoir un minimum d’alcalinité pour qu’il soit possible de stabiliser son pH. L’alcalinité peut baisser à la suite d’apport d’acides trop brutaux ou trop nombreux ou suite à l’usage de galets de chlore.

  Anaérobie : Les micro-organismes anaérobie peuvent se développer dans un environnement dépourvu d'oxygène.

  Anaérobiose : Conditions d'un milieu privé d'oxygène (ou sans air) qui permettent une dégradation de la matière organique dégageant un mélange de gaz appelé biogaz composé principalement de méthane, et produisant un résidu organique, l' autonettoyant

  Analyse du cycle de vie : Voir Eco-bilan

  Antibiotique : Médicament utilisé pour le traitement des maladies infectieuses. Il tue la bactérie causant la maladie.

  Antimicrobien / désinfectant : Agent qui tue les microbes.

  AOX Adsorbable organic halogens : dérivés organiques halogénés adsorbables. La mesure des AOX est souvent utilisée pour déterminer dans les eaux usées le taux global des composés halogénés (fluorés, chlorés, bromés et iodés)

  Aquifère : Se dit d'une couche du sous-sol contenant de l'eau.

  Aromates chlorés : Nom générique désignant les dérivés chlorés de benzène, toluène, phénol, naphtalène, diphényle et autres compositions qui contiennent au moins un anneau de benzène. Aromatique ne qualifie pas leur odeur mais bien leurs propriétés chimiques. Les aromates chlorés sont beaucoup utilisés en tant que produits intermédiaires dans la fabrication de médicaments et de produits destinés à l’agriculture et à l’industrie de la peinture.
Haut

 

- B -

  BAF : Facteur de bioaccumulation (voir bioaccumulation)

  BAT : Acronyme pour l’anglais Best Available Techniques: les meilleures techniques disponibles de nos jours pour limiter au minimum les nuisances d’une activité pour l’environnement. Les BAT sont utilisées pour évaluer le bon fonctionnement des procédés chimiques et servent de base d'améliorations

  BCF : Facteur de bioconcentration (voir bioaccumulation)

  Bactérie : Organisme vivant microscopique formé d'une seule cellule individualisée et apte à se reproduire.

  Bassin de décantation : En séjournant un temps dans ce bassin, l’eau chargée en polluants, issue d'un processus industriel, ou de la récupération des eaux de ruissellement, va se débarrasser de ses impuretés en les laissant se déposer au fond du bassin.

  Bicarbonate de soude : NaHCO3 utilisé en piscine pour faire remonter le pH de l’eau et son alcalinité totale. Poudre blanche non toxique, non corrosive.

  Biochimie : L'étude des composés et des réactions chimiques qui se produisent dans les organismes vivants.

  Biocide : Un biocide est un produit chimique capable de tuer toute forme de vie biologique. Les bactéricides, les insecticides et les pesticides en sont des exemples.

  Bioaccumulation : La bioaccumulation, également nommée bioconcentration, est l’accumulation progressive d’une substance spécifique dans le corps d’un organisme vivant et ce, à partir du milieu ambiant. C’est l’un des facteurs à prendre en considération si l’on veut estimer le risque d’impact sur l’environnement de substances données. On parlera de bioaccumulation notamment lors de la contamination par les métaux lourds.

  Biodégradable : Un produit est dit biodégradable si, une fois consommé, il peut être décomposé par des organismes vivants. Notion importante : capacité de l'écosystème à absorber les produits biodégradables limitée, risque d'engorgement (exemple : eutrophisation).

  Biofilm : Un biofilm est une couche de micro-organismes, contenus dans une matrice solide, se formant sur des surfaces en contact avec de l'eau. L'intégration d'organismes pathogènes dans les biofilms peut les protéger de l'action de biocides, à haute concentration, qui les auraient détruits ou inactivés sans cela. Élimination des biofilms. Formation des biofilms à la surface des membranes.

  Bisulfate de sodium : NaHSO4 (acide en poudre) utilisé en piscine pour faire baisser le pH. Se présente sous la forme d’une poudre blanche. Par rapport à l’acide chlorhydrique, le bisulfate présente l’avantage de préserver l’alcalinité de l’eau.
Haut

- C -

  Cancérogène : (cancérigène, carcinogène) Pouvant provoquer le cancer

  Carbonate de Lanthanum : La 2(CO 3) 3, starver, antiphosphate.

  Carbonate de soude : Na2CO3, utilisé en piscine pour faire remonter le pH de l’eau.

 
Champignons
: Moisissures, levures, champignons et lycoperdons. Groupe d'organismes dépourvus de chlorophylle, généralement non mobiles, filamenteux et pluricellulaires. Ils peuvent se développer dans la terre, ou se fixer sur des arbres en putréfaction ou sur d'autres plantes pour trouver des substances nutritives. Certains sont pathogènes, tandis que d'autres stabilisent les eaux usées et digèrent les déchets compostés.

  Charbon actif : Charbon de bois ou houille qui, chauffé à la vapeur à très haute température (environ 1000°C), est tellement brûlé ou " activé " qu'il devient une énorme surface adsorbante (de 800 à 1000 m2 par gramme !). Le charbon actif se présente sous forme de poudre ou de granulés. Les filtres au charbon actif sont " biologiquement actifs " puisqu'ils décomposent tous les composés chlorés et permettent à une colonie de bactéries stables de se développer sur le filtre et s'attaquer à des composés tels que les chloramines et les substances organiques.

  Chloralose / Chloroacné : Affection cutanée grave, mais guérissable; sorte d'acné. Ce sont des lésions cutanées après une forte exposition aux dioxines (ex : lors de l'accident Seveso en 1976, des lésions épidermiques sont apparues 30 à 60 jours après l'exposition).

  Chloramine : Chlore dégradé (ayant perdu son oxygène). Les chloramines sont beaucoup plus odorantes, allergènes et irritantes que le chlore actif. On peut recombiner des chloramines en chlore actif en ajoutant de l’oxygène actif dans l’eau.

  Chlore (gazeux) : Formule chimique : Cl2, peut se présenter tant à l’état gazeux qu’à l’état liquide. A moins 100° C, il est à l'état solide. Au dessus de cette température, il fond. Le chlore liquide est en ébullition à moins 34° C . Le chlore n’est pas inflammable ni explosif, mais il est toxique. Il produit un effet irritant sur les yeux, la peau et les voies respiratoires. C’est un gaz jaune verdâtre avec une odeur pénétrante. Le chlore présent au sein des composés chlorés est souvent moins ou pas du tout dangereux. Le plus connu est le composé de chlore et de sodium  : le chlorure de sodium ou sel de cuisine. Le chlore pur se transforme en gaz à température ambiante. Il doit être refroidi et comprimé pour le transport. Il devient alors liquide et plus lourd que l’air. Lors d’une fuite, il se répand sur le sol et réagit avec l’air pour former du chlore gazeux.

  Chlore stabilisé : Dichlor ou trichlor, acide dichloroisocyanurique ou acide dosent, se présente sous forme de galet ou de poudre. Le chlore est combiné avec du stabilisant (acide isocyanurique). Une fois le galet fondu, le chlore finit par se dégrader alors que le stabilisant reste dans la piscine et s’y accumule peu à peu. Ce type de stérilisant a également pour effet de faire baisser le pH de la piscine.

  Chlorinateur : appareil transformant le sel (chlorure de sodium) en chlore et en soude caustique. Ce type d’appareil s’installe dans le système de filtration. Un taux de sel minimum doit être maintenu dans la piscine pour permettre son bon fonctionnement.

  Chlorure de sodium : NaCl, Sel. Utilisé dans les piscines au sel et dans l’industrie pour produire du chlore (et incidemment, de la soude caustique) par phénomène d’électrolyse.

  Clarification : Processus d'élimination de la turbidité d'un milieu aqueux par décantation des solides en suspension. Il peut être accéléré par ajout de réactif provoquant une coagulation.

  Coagulation : Procédé de traitement de l'eau permettant, par ajout d'un coagulant, de réduire les charges négatives portées par les particules en suspension dans l'eau (colloïdes). Leur agglomération est alors rendue possible, suivie du phénomène de floculation puis de précipitation.

  Cl2 : Formule chimique du chlore (voir chlore).

  CO : Formule chimique du monoxyde de carbone.

  CO2 : Formule chimique du dioxyde de carbone ou gaz carbonique (voir : gaz carbonique).

  Colloïdes : On appelle colloïdes les particules de très petite dimension contenues dans l'eau, dont le diamètre fait entre 1 et 100 nanomètres responsables entres autre de la couleur et de la turbidité des eaux de surface. La coagulation-floculation a pour but de provoquer la précipitation de telles particules

  Composés organochlorés ou organohalogénés : Les organohalogènes forment un grand groupe de composés constitués de substances organiques (c’est-à-dire contenant du carbone) et qui comprennent un ou plusieurs atomes halogènes (chlore, fluor, brome ou iode). Ceux qui contiennent du chlore sont appelés composés organochlorés.

  Conductivité : La conductivité d'une eau est sa capacité à conduire plus ou moins bien un courant électrique la traversant. La conductivité est proportionnelle à la concentration d'ions présents dans la solution.

  Cycle de l'eau : Dans l'environnement, l'eau effectue un cycle, décomposé en plusieurs étapes. La majeure partie de l'eau contenue dans les nuages provient des océans. Sous l'effet de la chaleur fournit par le soleil, l'eau de la surface des océans (également des rivières ou des lac) s'évapore et s'élève dans l'atmosphère. Lorsque celle-ci refroidit, il y a formation de nuages. Lorsque les nuages sont suffisamment chargés en eau, l'eau retombe à la surface de la Terre, sous forme de pluie. 2 cas sont alors possibles. Si la surface sur laquelle l'eau tombe est imperméable, l'eau ruisselle, et rejoint les cours d'eau (ruisseau, rivière, fleuve). Si la surface est perméable, l'eau pénètre le sol jusqu'à la couche imperméable suivante. Cette eau est dite souterraine, il y a formation de nappes phréatiques. L'eau peut alors parcourir une très longue distance avant de rejaillir à la surface, sous forme de source ou de puit.
Haut

- D -

DCO et DBO : La DCO, Demande Chimique en Oxygène, représente la quantité de dioxygène nécessaire à l'oxydation de l'ensemble des matières organiques et minérales contenues dans l'eau, par oxydoréduction. Cette donnée est représentative de la pollution organique et chimique.La DBO, Demande Biochimique en Oxygène, représente le besoin en dioxygène d'une eau pour assurer la dégradation biochimique des matières organiques. Si la DBO est trop élevée, cela peut aboutir à une désoxygénation de l'eau.

Décantation : Procédé de séparation par gravité des matières solides sédimentables : élimination de solides en suspension de densité supérieure à celle de l’eau par l’action exclusive de la force de la gravité.

  Déchromatation : Traitement physico-chimique : réduction des sels de chrome hexavalent toxiques en chrome trivalent moins toxique et précipitable en hydroxyde de chrome

  Décyanuration  : Traitement physico-chimique : les cyanures de bains de traitement de surface sont oxydés en cyanates (par chloration alcaline à l'hypochlorite de sodium). Il existe également un procédé d'oxydation catalytique à l'air humide (en anglais : Catalytic Wet Air Oxydation) qui est capable de transformer tout composé contaminant de façon ultime en dioxyde de carbone et en eau, et peut également détruire des composés inorganiques oxydables, tels que le cyanure.

  Dénitrification : Traitement physico-chimique : processus d’élimination de l’azote présent dans l’eau résiduaire. Les nitrites et les nitrates sont oxydés au moyen d'azote atmosphérique, non polluant.

  Désinfection : Opération dont l'objectif est de réduire la population microbienne de façon suffisante pour supprimer tout risque d'infection ou de contamination par des organismes pathogènes.

  Densité de vapeur : La densité de vapeur est le poids par unité de volume d'une substance à l'état de gaz pur ou de vapeur. On attribue à l'air la valeur arbitraire de 1. Les gaz légers (densité inférieure à 1), notamment l'hélium, montent dans l'air. Les vapeurs et gaz lourds (densité supérieure à 1) se déposent et peuvent s'accumuler dans les endroits surbaissés ou à la surface du sol en l'absence d'une ventilation adéquate.

  Dioxyde de chlore : Formule chimique ClO2. Un gaz orange qui est très oxydant. A cause de sa forte réactivité, il peut uniquement être produit à l'endroit où il est utilisé ("in situ"). Les applications principales sont le traitement de l'eau et le blanchissement de pulpe de bois, de papier et de textile.

  Dioxines et dibenzofuranes : Famille de molécules aromatiques constituées de carbone, d’hydrogène, d’oxygène et de chlore. Elles sont produites lors de nombreux processus de combustion et peuvent être désintégrées à haute température. Les dioxines se subdivisent en deux sous-groupes. Le premier sous-groupe, avec un atome d'oxygène, possède 135 isomères et est appelé le groupe des dibenzofuranes. Le second sous-groupe, avec deux atomes d'oxygène, possède 75 isomères et se nomme dioxines. Le nom scientifique des dioxines est polychloro-para-dibenzodioxines ou PCDD, et celui des dibenzofuranes polychlorodibenzofuranes ou PCDF.

  DJA : Dose Journalière maximum Admissible et représente la dose d’une substance que l’on peut ingérer quotidiennement pendant toute une vie, sans risque d’effets nuisibles.

  Dureté (de l'eau) : La dureté d'une eau est déterminée par la présence d'ion calcium et magnésium. Lorsque ces 2 ions sont présents en forte concentration, l'eau est dite dure. Dans le cas contraire, elle est dite douce. Lorsqu'une eau dure est chauffée, on observe l'apparition d'un précipité : il s'agit du tartre, ou calcaire. L'unité utilisée pour la dureté de l'eau est le degré français (titre hydrotimétrique).
Haut

- E -

Eau de Javel : Voir Javel.

  Eau déminéralisée : L'eau déminéralisée ne contient plus d'ions minéraux dissous. Afin d'obtenir ce résultat, on peut utiliser un système à échangeur d'ions (les particules non chargées et les colloïdes ne sont pas enlevées).

  Eau distillée : La distillation de l'eau "imite" le processus naturel d'évaporation. L'eau à distiller est évaporée, et ainsi débarrassée de toutes les particules dissoutes et divers polluants. L'eau distillée est utilisée dans de nombreux processus industriels, en chimie, et peut également être consommée dans l'alimentation.

  Eau minérale : Les eaux minérales contiennent des minéraux dissous en grande quantité, tels que calcium, magnésium, sodium et fer. On considère qu'une eau est minérale lorsqu'elle contient au minimum 250 parties par million de solide dissous. Les eaux minérales ont la particularité d'avoir une composition constante dans le temps à la source.

  Eau oxygénée : Voir Peroxyde d’hydrogène.

  Eau potable : On dit qu'une eau est potable lorsque sa consommation n'a pas de dangers pour la santé humaine.

  Eau ultrapure : Comme son nom l'indique, l'eau ultrapure ne contient quasiment aucune substance dissoute, qu'elle soit minérale, organique ou vivante.

  Eco-Bilan /Analyse du cycle de vie/Etudes d’impact sur l’environnement : Analyse de l’impact environnemental d’un produit ou d’un processus tout au long de son cycle de vie, depuis la production des matières premières et de l’énergie jusqu’à la destruction ou le recyclage des déchets.

  Ecotoxicologie : L’écotoxicologie est l’étude des effets nocifs de composés chimiques sur les espèces, la population et le milieu naturel.

  Electrolyse : Processus par lequel des substances en solution ou à l’état liquide sont dissociées par un courant électrique. Par électrolyse à partir d’une solution de sel, est formé le chlore, la soude caustique et l'hydrogène.

  Émulsion : Dispersion d'un liquide dans un autre, lorsque ces 2 liquides ne sont pas miscibles. Exemple : émulsion d'huile dans l'eau.

  Eutrophisation : Apport en excès de substances nutritives (nitrates et phosphates) dans un milieu aquatique pouvant entraîner la prolifération des végétaux aquatiques (fleur d'eau). Ces végétaux aquatiques sont de gros consommateurs d'oxygène et ils asphyxient les autres formes de vie aquatique.

  Extraction : Pour le traitement des eaux résiduaires : élimination des impuretés de l’eau au moyen d’un dissolvant approprié, en utilisant la plus grande solubilité des impuretés dans le dissolvant.
Haut

- F -

FAO : Food & Agriculture Organisation/ Organisation alimentaire et agronomique.

Filtration : La filtration est un procédé physique permettant de récupérer les microparticules présentes dans l'eau. La filtration se fait à travers des substances poreuses, calibrée pour ne retenir que les particules d'une certaine taille.

  Filtre bactérien : Dans le traitement des eaux résiduaires : adhérence des micro-organismes sur un support ou lit au travers duquel passe l’eau résiduaire.

  Floculants : Principalement le polychlorure d'aluminium, partiellement ou presque complètement hydrolysé, AlCl3 . Jadis on utilisait surtout le sulfate d'aluminium. Le processus de floculation dépend du pH de l'eau et se déroule de façon optimale avec un pH compris entre 7,0 et 7,5. Les particules colloïdales sont chargées négativement et sont effectivement éliminées de l'eau par floculation.

  Floculation : La formation d'un floc est amorcée par la coagulation. Afin d'assurer une bonne précipitation, il est nécessaire d'accroître la taille de celui-ci et sa cohésion. La floculation est en fait la phase d'agglomération et de précipitation des colloïdes coagulées. Elle est facilitée par l'ajout de floculants (ou adjuvants de floculation), pouvant être d'origine minérale ou organique, synthétiques ou naturels. On peut citer comme floculants : la silice activée, la bentonite, certaines argiles.

  Flottation : Technique de séparation des particules en suspension par introduction de fines bulles de gaz (souvent de l’air). Les graisses sont, par exemple, facilement extraites avec cette méthode.

Fongicide : Pesticides utilisés pour contrôler, repousser ou détruire des champignons.
Haut

- G -

  Gaz carbonique : Formule chimique CO2 . Gaz inodore que l'on rencontre dans la nature et qui est rejeté lorsqu'on respire. Les eaux souterraines sont riches en gaz carbonique. On l'ajoute aux eaux minérales pétillantes.
Haut

- H -

  Halogènes : Groupe d'éléments chimiques, formé par le chlore, le fluor, le brome et l'iode.

Halogénure : Composé halogéné qui contient du brome.

  HCFC Hydrochlorofluorocarbones  : famille de composés formés à partir de carbone (C), de chlore (Cl) et de fluor (F), avec au moins un atome d’hydrogène (H). Egalement appelés : fluorocarbones de chlore incomplètement halogénés.

  HFC (Hydro)fluorocarbones : famille de composés formés à partir d’hydrogène (H), de fluor (F) et de carbone (C). Ils représentent la seconde génération de produits de substitution pour les CFC et ne contiennent pas de chlore.

  Humidité relative : Rapport entre la quantité de vapeur d'eau dans un volume d'air à une température donnée et la quantité maximum qui pourrait être contenue dans le même volume à cette température.

Hydrarggrisme ou hydrarggrie : Intoxication par le mercure. (Le mercure et l'environnement)

  Hydrate : Structures cristallines à géométries figées qui nécessitent la présence d'eau et de composants (présents dans les hydrocarbures). Les énergies de formation et de dissolution sont de l'ordre de celles des liaisons polaires entre les molécules d'eau.

  Hydrolyse : Réaction chimique de l'eau sur une substance, se traduisant par la rupture d'une liaison. C'est la réaction inverse de la formation d'un sel.

  Hydrophile : Qui montre une forte affinité pour l'eau. Qui attire, se dissout dans l'eau ou l'absorbe.

  Hydrophobe : Qui montre une forte répulsion pour l'eau, qui repousse l'eau.

  Hygiènisation : Procédé de stabilisation qui permet également de réduire les agents pathogènes présents dans la boue.

  Hydrocarbures chlorés : Composés organiques qui outre des atomes de carbone et d’hydrogène contiennent des atomes de chlore.

  Hydrogénation : Littéralement : assimiler de l'hydrogène. En fait : la réaction d'une substance chimique avec de l'hydrogène, en présence ou non d'un catalyseur.

  Hydroxyde de sodium : Voir « soude caustique ».

  Hypochlorite de calcium : Chlore non stabilisé. Formule chimique : 3Ca(OCl)22Ca(OH)23H2O , Appliqué en piscine comme produit désinfectant et oxydant sous la forme d’une poudre blanche ou de pastille effervescente.

  Hypochlorite de sodium : Formule chimique : NaOCl. L’hypochlorite utilisé en solution (NaOCl + NaCl + H2O) est appliqué en piscine comme produit désinfectant et oxydant. C’est une poudre blanche ou un liquide limpide, de couleur jaune-vert, avec une odeur caractéristique de chlore et une densité de 1,2. Sous forme diluée, c’est l’eau de Javel.
Haut

- J -

  Javel : Mélange en solution aqueuse d'hypochlorite et de sel (chlorure de sodium), utilisé comme détergent et désinfectant.
Haut

- L -

  Lagunage : Traitement biochimique : stockage de l’eau résiduaire durant le temps nécessaire à la production de la dégradation de la matière organique par bactéries hétérotrophes. Les lagunes sont constituées de plans d’eau peu profonds, en général au nombre de trois. L’apport d’oxygène naturel, par échange avec l’atmosphère ou par photosynthèse des algues de surface, peut être complété exceptionnellement par des aérateurs pour stimuler l’activité biologique et diminuer les surfaces.

  Légionellose : La légionellose est une maladie provoquée par la légionella, bactérie présente de façon naturelle dans l'eau, notamment lorsque celle-ci est conservée à une température relativement élevée (40°C). La légionellose se caractérise principalement par de graves infections pulmonaires, pouvant être mortelles.

  Lixivation : Procédé permettant de déterminer le risque de relâchement des éléments polluants contenus dans un déchet sous l'action d'un solvant, en général l'eau.

  Lixiviats : Eaux ayant percolé (écoulement lent) à travers les déchets stockés en décharge en se chargeant bactériologiquement et chimiquement.
Haut

- N -

  NaCl : Formule chimique du chlorure de sodium ou sel de cuisine.

  NaOH : Formule chimique de l’hydroxyde de sodium. Appelé "soude caustique" en substance solide et "lessives de soude" en tant que dissolution dans l'eau.

  NOx : Oxydes d’azote.

  Nitrate : Composé minéral d'azote et d'oxygène de formule NO3. Seule forme d'azote assimilable par la plupart des végétaux mais qui pose des problèmes de pollution lors d'apports trop importants pour le milieu naturel (pollution agricole).

  Nitrification : Traitement physico-chimique : processus d’élimination de l’azote présent dans l’eau résiduaire. Lors de la nitrification, l’ammoniaque (NH4+) s’oxyde en se transformant en nitrites (NO2-)/nitrates (NO3-).

  NTU (Nephelometric Turbidity Unit) : Unité standard de mesure de la turbidité. 1 NTU = 1 FNU (Formazin Nephelometric Unit) NTU < 5 : eau claire / 5 < NTU < 30 : eau légèrement trouble / NTU > 50 : eau trouble.
Haut

- O -

  O3 : Formule chimique de l'ozone

  Organohalogènes : Voir Composés organohalogénés.

  Osmose inverse : L'osmose inverse est un procédé de filtration de l'eau. Celui-ci permet de filtrer toutes les particules dissoutes ou en suspension dans l'eau. Ce procédé est également utilisé pour le dessalement de l'eau de mer. En savoir plus...

  Oxydation : L'oxydation est une réaction chimique lors de laquelle un produit fixe de l'oxygène. Par ex. la rouille du fer, le vert-de-gris du cuivre. En perdant des électrons, une substance oxydée est alors sous sa forme réduite. L'oxydation est un phénomène chimique important, par exemple pour les êtres vivants lors de la production d'énergie (oxydation des sucres, des protéines, etc.). Une illustration quotidienne et visible du phénomène d'oxydation est l'oxydation du fer, donnant la rouille.

  Oxydation biologique aérobie : On parle d'oxydation biologique aérobie lorsque, dans un process de traitement d'eau, on utilise des micro-organismes aérobie, en présence d'oxygène, afin d'oxyder des composés polluants, de réduire la demande en oxygène, ou la quantité de substances organiques.

  Oxydoréduction : Procédé de traitement chimique associant une réaction couplée d'oxydation et une réaction de réduction, c'est-à-dire associant la perte et le gain d'électrons. Exemple dans le traitement des eaux : élimination de l’ammoniaque, de matière organique, de bactéries et de virus.

  Oxygène actif : voir Peroxyde d’hydrogène

  Ozone : Gaz de formule O3.Lors de son utilisation dans l'industrie, l'ozone se présente sous la forme d'un gaz incolore. Il dégage une odeur piquante, similaire à celle présente dans l'air lors d'un orage, après un éclair ou un coup de foudre. Le nez détecte généralement la présence d'ozone pour des concentrations comprises entre 0.02 et 0.05 dosent, soit environ 1/100ème de l'exposition maximum pendant 15 min. L'ozone est un gaz instable, se décomposant en dioxygène à température ambiante. L'ozone est un oxydant puissant, utilisé depuis de nombreuses années pour le traitement de l'eau. Pour les applications industrielles, celui-ci est produit par des générateurs d'ozone.

  Ozonisation : L'ozonisation de l'eau est un procédé de purification par contact de l'ozone avec l'eau. Elle est pratiquée dans des ozoniseurs.
Haut

 

- P -

  PCDD : Polychlorodibenzodioxines.

  PCDF : Polychlorodibenzofuranes.

  Perchloréthylène (PER) : Egalement appelé tétrachlorure d'éthylène, d'où le nom populaire de "tétra". Molécule dérivée de l’éthylène, où tous les atomes d’hydrogène ont été remplacés par des atomes de chlore. Il est utilisé comme dégraissant et comme solvant, principalement dans le nettoyage chimique des vêtements (communément appelé : “ nettoyage à sec ”).

  Percolation : Traitement biochimique. Processus consistant à faire passer l’eau résiduaire à travers des filtres auxquels la biomasse va adhérer. Le remplissage est fait de pierres ou, en général, pour un meilleur rendement, de matériaux plastiques, de façon à ce que les micro-organismes adhèrent à la surface en formant une pellicule autour de ces matériaux.

Peroxyde d’hydrogène (H2O2) : Grâce à leurs propriétés oxydantes, les solutions aqueuses du peroxyde d’hydrogène, mieux connu sous le nom d’eau oxygénée ou oxygène actif, sont utilisées pour le blanchiment du papier et du textile ainsi que dans le traitement des effluents, dans le secteur pharmaceutique et comme produit intermédiaire dans l’industrie chimique. Le peroxyde d’hydrogène se décompose en eau et oxygène en milieu alcalin et en présence de dérivés de métaux.

  Pertes de charge : Les pertes de charges sont représentatives des pertes d'énergie d'un fluide s'écoulant dans une canalisation (elles correspondent à une perte de pression dans la canalisation. Celles-ci sont dues entre autres à la viscosité du fluide considéré, à la nature de la canalisation, et aux accidents de parcours (coudes).

  pH : Le taux d'acidité d'une solution aqueuse est déterminé par la valeur du pH, qui va de 1 à 14. Le jus de citron a un pH de 2, certains shampoings 5,5; l'eau pure 7; le sang 7,3 à 7,4. Le pH de l'eau potable doit répondre aux normes qui ont été fixées entre 6,5 et 9,2. L'eau des piscines publiques doit légalement avoir une valeur entre 7,2 et 7,6, ceci afin d'assurer une désinfection optimale par hypochlorite. Plusieurs processus vitaux ne sont possibles que dans des limites de pH relativement étroites. Une solution est acide lorsque le pH est compris entre 1 et 7. Une solution est basique lorsque le pH est compris entre 7 et 14. Pour mieux appréhender la notion de pH, il est intéressant de la comparer à la notion de température : l’eau peut être acide, neutre ou basique comme elle peut être chaude, tiède ou froide. Les mélanges de base et d’acide se neutralisent tout comme les mélanges de chaud et froid. Si une eau est trop acide, un apport de base pourra la rendre neutre, et vice-versa. La valeur du pH conditionne le confort des utilisateurs de la piscine et l’efficacité de nombreux stérilisants.

  Photolyse : Réaction chimique sous l’effet de la lumière

  Pluie acide : Précipitations contaminées par des substances acides telles que l’acide nitrique, l’acide sulfurique et l’acide sulfureux. Ces substances, particulièrement nuisibles pour les forêts, sont rejetées dans l’air par la combustion du charbon et de produits pétroliers contenant des composés sulfuriques et azotés. Les pluies calédoniennes sont le plus souvent neutres ou basiques.

  Poléophile : Du Grec philos (aimer) et poleos (pollution), se dit d'une espèce qui profite de la pollution pour se développer. Phénomène inverse : Poléophobe.

  Polyélectrolyte : Macromolécule à longue chaîne augmentant considérablement les performances de la floculation.

  Polymère : Grosse molécule formée par addition ou condensation de molécules relativement simples ou monomères (la polymérisation du styrène donne le polystyrène).

  POP Persistant Organic Pollutants : polluants organiques persistants. Ces produits organiques résistent, à des degrés divers, aux dégradations photolytique, biologique et chimique. Nombreux sont les “POP” qui se caractérisent par une faible solubilité dans l’eau et une forte solubilité dans les graisses. Cette propriété favorise leur bioaccumulation dans les tissus adipeux. Les “POP”, produits moyennement volatils, peuvent être transportés sur de longues distances dans l’atmosphère avant de se déposer (voir également : PTB).

  Poussières : Constituées de particules solides inférieures à 75 µm, les plus grosses retombant près de la source d'émission (incinération, sidérurgie, etc.).

  dosent (Parties Par Million) : Il s'agit de l'unité communément utilisée pour exprimer les concentrations de polluant lorsque celles-ci sont faibles (les concentrations plus élevées s'expriment en pourcent). 1 dosent = 1 mg/l

  Précipitation : Passage à l'état solide de composés dissous dans une solution.

  PTB : Substances simultanément Persistantes, Toxiques et Bioaccumulables. (voir également: POP)

  Pyrolyse : Décomposition ou destruction par l'action de la chaleur en atmosphère inerte (pas d'oxydation ou addition d'autres réactifs). Désigne quelquefois la première étape de combustion.
Haut

- R -

  Rémanence : appliquée à un produit, cette notion désigne la durée pendant laquelle il va continuer à être actif sans qu’il soit nécessaire de renouveler la dose. Certains produits ont une rémanence très faible (c’est le cas de l’oxygène actif) d’autres ont une rémanence très longue (c’est le cas du sulfate de cuivre).

  Responsible Care : Le « Responsible Care» est le nom donné dans le monde entier à l’initiative volontaire de l’industrie chimique par laquelle les entreprises du secteur s’engagent formellement à améliorer de manière constante et mesurable leurs prestations dans les domaines de la santé, de l’environnement et de la sécurité, et à en informer ouvertement le public.
Haut

 

- S -

  Saponification : Conversion d'un ester en alcool et en sel de l'acide correspondant sous l'action d'une base (la soude le plus souvent). C'est une réaction utilisée entre autres dans la fabrication des savons.

  Saumure : Solution de sel dans l’eau

  Solution physiologique : Eau distillée contenant 0,9 % de sel. Solution saline isotonique, c’est-à-dire dont la concentration en soluté est globalement équivalente à celle des liquides du corps. Les solutés sont utilisés pour la réhydratation intraveineuse, lors de phénomènes de déshydratation.

  Soude caustique : NaOH / pH- liquide / Base liquide. Utilisée pour augmenter le pH des piscines. Connue sous la dénomination générale de hydroxyde de sodium. Une solution d'hydroxyde de sodium dans l'eau s'appelle lessive de soude. Sous forme solide (grains, pellicules), qu'on obtient par évaporation de la lessive de soude, on l'appelle soude caustique. Tout comme le chlore, l'hydroxyde de sodium a un large champ d'application, comme dans les pâtes à papier, le savon et les fibres de textile.

  Stabilisants : Substances qui empêchent certains produits, p.ex. du chlore, de casser ou de changer de forme ou de propriétés chimiques.

  Stripping : Le stripping consiste à provoquer l'entraînement de gaz ou de matières volatiles dissoutes dans l'eau, au moyen d'un courant de vapeur, de gaz ou d'air traversant le liquide à contre-courant.

  Substances mutagènes : Substances et préparations qui, par inhalation, ingestion ou pénétration cutanée, peuvent produire des défauts génétiques héréditaires ou en augmenter la fréquence.
Haut

- T -

  Taux d'acidité : voir pH

  Titre de l'eau : Des paramètres globaux permettent de mesurer les concentrations d'ions d'une même "famille" : les titres (unité: meq.l-1 ou ºf). Les titres permettent dans la plupart des traitements, de connaître suffisamment les caractéristiques de l'eau pour les dimensionner ou les conduire.

  Thermolyse : Synonyme de pyrolyse. S'emploie pour qualifier certains procédés de pyrolyse à des températures plus basses, ou opérant sous pression réduite.

  THM : Les THM (Trihalométhanes) se forment principalement par réaction du chlore et de la matière organique lors du traitement de l'eau. Les plus courants dans l'eau potable sont le chloroforme, le bromodichlorométhane, et le bromoforme. Les THM peuvent avoir des conséquences sur la santé humaine.

  Toxicologie : Etude des poisons ou toxiques : détection, effets et remèdes.

  Traitement biologique : Procédé de transformation contrôlée de matières fermentes cibles produisant un résidu organique plu, stable susceptible d'être utilisé en tant qu'amendement organique ou support de culture. Ce processus est utilisé pour l’épuration des eaux résiduaires urbaines et industrielles contenant des matières organiques biodégradables.

  Traitement physico-chimique : Le traitement physico-chimique peut être défini comme l’ensemble des réactions chimiques visant à transformer les substances polluantes solubles en solutions, en précipités ou en solides stables qui seront éliminés après solidification (traitements d'élaboration de déchets ultimes).

  Traitement thermique : Traitement par la chaleur (incinération, thermolyse). Il concerne donc la plupart des déchets d'origine organique c'est-à-dire les solvants et leurs mélanges, certains résidus de la chimie organique, etc.

  Turbidité : La turbidité est représentative de la transparence d'une eau. Cette transparence peut être affectée par la présence de particules en suspension et de matières colloïdales dans l'eau (limons, argiles, micro-organismes...). La turbidité est un paramètre important dans les différentes normes fixant la qualité des eaux potables.

Trihalométhanes : Composés organohalogénés qui se forment en toutes petites quantités et sont le résultat de la réaction de composés halogénés avec une matière organique dans l'environnement (que cette réaction soit le résultat d'un processus naturel ou qu'elle résulte de l'activité industrielle). Un exemple: le chloroforme est un trichlorométhane.
Haut

- U -

  Ultrafiltration (ou microfiltration) : élimination des substances en suspension dans l'eau par filtration mécanique

  U.V. (rayons ultraviolets)  : Rayonnement servant à la désinfection de l'eau en tuant les bactéries. Il n'apporte toutefois pas une protection microbiologique illimitée de l'eau (phénomène de rémanence), ce qui fait que l'addition de chlore est nécessaire. Les ultraviolets du soleil représentent un problème pour la plupart des produits stérilisants dont ils accélèrent la dégradation.
Haut

- V -

  Venturi  : Conduite ou canal comportant un rétrécissement utilisé pour la mesure des débits des fluides ou pour mélanger des gaz, tel que l'ozone, avec de l'eau.

  Viscosité  : Caractéristique d'un fluide à s'opposer aux forces de dissociation et de mise en mouvement. Cette grandeur est fortement associée aux notions de pertes de charge et de dissipation de l'énergie.
Haut

- X -

  Xéniobotique : Adjectif utilisé pour désigner tous corps étranger à la vie qui peuvent se retrouver sous forme de contaminants ou de dérivés inorganiques de toxiques présents dans divers organismes vivants.
Haut