Accueil Recherche Page précédente Page suivante Aller au contenuHaut liens d'évitement et raccourcis clavier Droits de copie Aller au menu
Design du site : Incagen2
Incaformations & RankSpirit

Le principe

Le principe de fonctionnement

 

Quelle que soit la méthode choisie, le fonctionnement de la filtration s’inspire toujours du même principe : on force l’eau à circuler à travers une matière poreuse. Les molécules d’eau ayant une petite taille, elles parviennent à trouver leur chemin à travers cette matière. Les débris qu’elle véhicule ayant une taille plus importante que les molécules d’eau se font, quant à eux, piéger pendant le passage.

La qualité d’un filtre se juge à plusieurs paramètres :

La perte de charge, c'est-à-dire le « frein » que le filtre représente dans le circuit. On comprend facilement que le passage forcé de l’eau à travers une matière poreuse va ralentir sa circulation. Un « bon » filtre provoquera une faible perte de charge dans le circuit.

La finesse de filtration : selon la matière poreuse choisie pour réaliser le filtre et selon l’épaisseur traversée par l’eau, les particules qui seront retenues seront plus ou moins fines. Un « bon » filtre parviendra à capturer les particules d’une taille inférieure à 10 microns, assurant à l’eau une transparence quasi-parfaite.

La facilité d’entretien : au cours de son fonctionnement, le filtre va se remplir peu à peu des débris qu’il aura piégés. Il est donc indispensable de procéder de temps à autre à une « vidange » pour éviter une saturation. Selon le principe de filtration choisi, cette « vidange » est une opération plus ou moins complexe pour l’utilisateur. Un « bon » filtre doit avoir un entretien facile.

Le volume du filtre. Il n’y a pas à proprement parler de « taille maximum » pour un filtre. Il est parfaitement possible de le surdimensionner pour faire baisser la perte de charge (si l’eau passe à travers une surface plus importante, elle sera moins freinée), gagner en qualité de filtration (si l’eau traverse un plus grand volume de matière poreuse, on a de meilleures chances de piéger les particules) ou diminuer la fréquence des vidanges (un gros filtre sera moins vite saturé). La taille minimum est déterminée par la puissance de la pompe. En cas de filtre trop petit, on risque d’assister à la fracture de la cuve qui ne pourra pas supporter le débit imposé. Pour des raisons esthétiques et pratiques, un « bon » filtre doit avoir un bon ratio entre sa taille et son efficacité.

La durée de vie : l’opération de « vidange » dont il est question ci-dessus ne peut pas être absolument parfaite. Les polluants ayant un fort pouvoir d’adhérence résisteront à cette opération et encrasseront peu à peu le filtre. D’autre part, le flux continu de l’eau à travers le filtre représente une force abrasive qui va peu à peu entamer la structure de la matière filtrante. Un « bon » filtre doit évidemment avoir une durée de vie importante.

Le prix